G comme guidance parentale

J’ai envie de parler aujourd’hui de guidance parentale ou coaching parental ou soutien parental,

car dans ces temps de réclusion que nous vivons (Coronavirus), vivre à 4 ou 5 personnes dans un appartement, sans pouvoir en sortir ou uniquement lors de déplacements très limités, n’est pas une situation facilement gérable pour tout le monde et exacerbe les difficultés du vivre ensemble.

Ce soutien est nécessaire dans diverses situations :

1. Les parents éprouvent des difficultés à exercer leur autorité légitime :

Une des méthodes pour aider à faire régner l’autorité est d’établir des règles à respecter par tous, telles que le temps d’écran, le comportement à table, le rangement des lieux communs, etc. Mais aussi des règles adaptées à chacun : heure de coucher, hygiène et autres. En cas de leur non-respect, je propose que l’on discute en famille pour en comprendre les raisons et les conséquences. Je suis toujours surprise des solutions punitives prises par les parents contre les enfants ou les jeunes ! Elles vont souvent au-delà de ce que j’aurais proposé…

2. Les parents doutent de leur compétence éducative :

« Je suis nul et je ne sais pas comment faire avec mes enfants ». Personne n’excelle dans tous les domaines et s’il existe des diplômes d’éducateurs, d’enseignants, d’animateurs, il n’existe pas de diplôme de parents ! Donc, à chacun son rôle et les parents doivent surtout apprendre à l’enfant les bonnes manières, l’hygiène corporelle, le comportement (quoique il soit possible de faire appel à un psychologue diplômé en cas de débordement). Dans un contexte comme celui que nous vivons aujourd’hui (confinement), les parents, en plus d’être contraints de travailler efficacement à la maison, doivent faire preuve de polyvalence. Par conséquent, afin de ne pas être submergés par les exigences de tout le monde, il devient impératif de définir des priorités, selon l’ordre qui leur convient le mieux (travail, ménage, jeu, école, etc.).

3. Les parents ont des valeurs éducatives différentes, voire inconciliables :

Lorsque le couple s’est rencontré, les éventuelles futures valeurs éducatives de chacun ne constituent pas une raison à leur amour. Ils se sont aimés, rapprochés, selon leur caractère et sensibilité. Le jour où les enfants arrivent, ils sont probablement confrontés à des différentes approches en matière d’éducation : contrôle ou pas des devoirs, par exemple. Celles-ci sont généralement le reflet du vécu de chacun (je n’ai jamais été bon à l’école) et en lien avec ses propres valeurs intellectuelle et morale. Il faut ainsi privilégier le dialogue, pour mieux comprendre l’autre et arriver à une entente en ce qui concerne le rôle et les tâches de chaque parent, par exemple qu’un seul s’occupe des devoirs.

Discuter avec un professionnel spécialisé en guidance parentale ou soutien parental peut permettre de dépasser des situations difficiles qui surgissent au moment de la naissance et des premiers mois de la vie de l’enfant ; au moment de la phase d’opposition, de l’entrée à la crèche à l’entrée en apprentissage en passant par les transitions à l’école primaire, du choix ou de l’abandon des études, jusqu’au départ de la maison.

Et aujourd’hui dans le chaos que les familles vivent, les parents ont besoin de soutien.

Sur mon site, sous news, différentes adresses et sites sont mentionnés.

77 vues

Danielle Jaques

Tél: +41 (0)79 312 45 62

E-mail: info@enfantcouplefamille.ch

  • LinkedIn Social Icône
  • Facebook Social Icône